Voyage à Brême en septembre 2011 "50 Jahre Compiègne - Freundschaftsbesuch"

Journal du voyage à Brême
Pour l'anniversaire des 50 ans de l'amitié entre Compiègne et Brême.
1961 - 2011

Voyage à Brême 8 au 12 septembre 2011

1er Jour   Jeudi 8 septembre 2011

Départ prévu à 7h à l'Espace J Legendre, départ effectif : 7h02, ponctualité remarquable (germanique ? en raison de la destination ! ?). Température : 14°

Arrêt à 8h35 pour 20 mn à l'aire de la Sentinelle (oh, tiens donc ! Aurait-elle été prévue à l'avance ??)

Passons en Belgique à 9h17 ; bruine, puis pluie – température : 13°

Arrêt Déjeuner 11h30 à 12h30 ; aire d'autoroute : toilettes payantes par ticket remboursable sur consommation. Grosse averse.

Arrêt après-midi, vers Münster, 15h06 à 15h30 (oh, quelle précision ! Ferions-nous un rallye ?)

Répétition de notre chant ; pluie ! pluie ! En serions-nous la cause ?

Travaux entrainant un sévère ralentissement qui va mettre à mal notre si grande ponctualité !!!

Arrivée à l'hôtel IBIS : 18h14 ; déchargement des bagages : nous vivons dangereusement : la piste cyclable très fréquentée croisant notre chemin.

Répartition des chambres. Hildburg – Frauke : retrouvailles !

19h Soirée Volksbund ; Isa s'affaire à la préparation ; Anke , Margret et Ernst , membres du Volksbund accueillant des participants, sont présents.

Hildburg, Isa, Rolf échangent les souhaits de bienvenue ainsi que des cadeaux. Nous recevons chacun une documentation détaillée et fournie présentée dans un joli sac en toile ainsi qu'un T-Shirt donnant lieu à une séance d'essayage général. Arbeit für den Frieden, Travail pour la Paix : une excellente devise !

La soirée se déroule bien entendu dans la joie et la bonne humeur.

2ème Jour.   BREMEN, Vendredi 9 septembre 2011

Matin : 8h45 Le cimetière : Après un petit-déjeuner copieux, nous prenons le bus pour rejoindre le cimetière « Osterholzer Friedhof ». Les messieurs se sont faits tout beaux en costume cravate et les dames sont magnifiques, spécialement Denise qui scintille. Attention aux nombreux cyclistes sur la piste réservée à leur usage. Frauke, une amie d’enfance de Hildburg et son ex-voisine d’en face, nous a rejoints. Hildburg ne l’avait pas revue depuis 32 ans ! Sur le chemin, nous remarquons l’ancien hôpital en cours d’agrandissement, des enseignes familières comme Netto, Lidl, Aldi, Renault, Peugeot, Citroën,… les usines Atlas Elektronik et Mercedes Benz (140000 ouvriers).

A notre arrivée, nous rencontrons le lieutenant colonel T, le jardinier du parc, un réserviste Kersten  (reçu à Compiègne en 1963), Susanne (camp de travail à Compiègne 1988-1989), Martin (Camp de travail à Compiègne en 1987-1988-1989-1990) et Heiko le chauffeur de bus (6X à Compiègne avec des groupes). Le cimetière militaire regroupe des tombes individuelles de soldats morts pendant les 2 guerres, certains très jeunes (15 à 17 ans) mais aussi une fosse commune pour les 1367 victimes d’un camp de travail (Allemands, Français, Belges, Hollandais, Baltes, Serbes, Ukrainiens, Hongrois).

Isa  explique le rôle du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge : Nettoyage des tombes mais aussi travail éducatif. Elle lit un texte du Prof. Theodor HEUSS:

« Ceux qui reposent dans les tombes, nous attendent, ils nous attendent tous. Ils étaient des hommes, comme nous. Mais lorsque nous nous recueillons devant les croix, nous entendons leurs voix devenues résignées : Vous qui êtes encore en vie, veillez à maintenir la paix, la paix entre les hommes, la paix entre les peuples »

Le colonel T remercie les participants et rappelle la devise de l’association : « Travail pour la paix » et « Réconciliation par-dessus les tombes » Pour les jeunes, il dit combien il est important de connaître l’histoire. Il parle du Musikschau, un festival annuel de musique qui regroupe des orchestres du monde entier jouant au bénéfice du Volksbund.

Hildburg, très émue s’adresse à son tour à l’assistance. Texte ou résumé ?

Des gerbes sont déposées officiellement par les Compiégnois comme par les Brémois. Des roses distribuées par Susanne aux participants permettent à chacun d’honorer la tombe de leur choix.

Suivra la visite rapide de la chapelle érigée en ces lieux avec une phrase ornant l’intérieur de la coupole : « Notre Dieu, tu es notre refuge à jamais, toi qui laisses les hommes libres, et tu leur dis : revenez vers moi petits d’hommes »

11h Réception à l’Hôtel de ville : Au retour nous longeons le stade de Bremen « Werder Bremen » et la Weser bordée par les magnifiques maisons d’un quartier résidentiel avant d’arriver à l’hôtel de ville.

Sur la place du marché, l’hôtel de ville gothique, vieux de 600 ans (patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2004), possède une façade de style renaissance – Il est absolument magnifique, glorifiant le passé de cette belle et puissante ville hanséatique. Dans le hall inférieur, nous observons une peinture de Franz RADZIWILL « Die Klage Bremens » -1948- qui représente la ville de Bremen détruite pendant la guerre avec un Bunker restant debout. C’est un message politique : le Bunker n’a pas été détruit mais la démocratie était à terre. Nous voici dans le hall supérieur avec sa salle des fêtes prestigieuse : 40m sur 13 m- 4 maquettes de navire suspendues au plafond- de grandes toiles décorant les murs- des portiques richement ornés. Nous pouvons admirer la « Güldenkammer » joyau de l’Art Nouveau : sculptures de bois- sur les murs, tapisserie de cuir rouge et doré. Aujourd’hui, des manifestations et des mariages nous empêchent de visiter l’hôtel de ville plus en détails.

Enfin nous sommes reçus dans la Salle Ovale, Cabinet où se réunit le Sénat. Mme le chef du protocole nous présente Claudine qui fait un stage politique en ces lieux et qui nous remet une plaquette sur l’hôtel de ville.

Hildburg reçoit une médaille à l’intention de Philippe MARINI pour marquer les 50 ans d’Amitié- Mémoire- Coopération entre Bremen et Compiègne. Hildburg lit une allocution officielle inspirée des paroles de Philippe MARINI et Arielle FRANCOIS. Elle retrace les moments importants des relations entre les 2 villes qui se résument par « 50 ans de travail contre l’oubli et pour la paix » Des noms importants sont cités : Jean LEGENDRE, Paul PETITPOISSON jadis- Philippe MARINI, Arielle FRANCOIS et Joël DUPUIS DE MERY maintenant, tous sont les acteurs de cette amitié exceptionnelle à Compiègne.

Mr.le 4e Maire, qui passait par là, nous dit quelques mots très simplement, revendiquant son adhésion au Volksbund. Il a rencontré des jeunes stagiaires et a compris qu’il s’agissait surtout d’un travail pédagogique. Sa vie personnelle témoigne de son engagement : Dans sa jeunesse, il a été accueilli à Paris par une des fondatrices de l’OFAJ. Son fils avocat a travaillé à la Commission Européenne avec Mr Jacques DELORS, grand européen s’il en est. Il affirme que « La réconciliation est réelle »

Rolf  remercie les autorités brémoises. Il nous présente une dame qui vit à Hamburg et s’occupe d’import-export pour le café. Il nous raconte une anecdote : La société de sauvetage en mer est financée par des fonds privés, par exemple la tirelire dans cette salle est alimentée par les amendes infligées à chaque gros mot et pour toute sonnerie intempestive de téléphone portable.

Daniel  s’inquiète du vieillissement des personnes composant la délégation venue de Compiègne. Comment sensibiliser les jeunes générations ? > réponse: Le travail de mémoire est difficile. A Bremen, l’ancien bunker (dont il a déjà été question) a été transformé en lieu de mémoire et centre pédagogique.

Une collation nous est offerte : soupe, pain, quiche et fruits avant de découvrir la vieille ville.

Visite guidée de Bremen :

Sous une pluie battante, nous rejoignons notre guide sur la place du marché. Sous les arcades, il nous explique que Bremen est une ville hanséatique comme Hamburg, Lübeck, Rostock… Bremen vivait du commerce du tabac, du café, du coton et du chocolat ainsi que des constructions navales. La lettre H qui précède le B de Bremen sur les plaques minéralogiques signifie Hanse > HB. Les pieds dans l’eau et les yeux au ras du parapluie, nous partons à la découverte de Bremen. Sur la place du marché, une statue de Roland, le neveu de Charlemagne, est le symbole des droits et de la liberté depuis 1404. C’est la plus grande statue de Roland d’Allemagne (classée au patrimoine de l’UNESCO). La cathédrale Saint Pierre, de style gothique primitif, est dévolue au culte protestant. Il faut rappeler à ce sujet que la ville de Bremen a accueilli nombre de protestants, devenant un fief huguenot. Nous visitons ensuite le vieux quartier du Schnoor : Les maisons y sont enchevêtrées, certaines datent du 15e & 16e siècles. Les ruelles sont étroites ; c’est le plus vieux quartier de Bremen. Dans la Böttcherstrasse, des échoppes, des restaurants, des musées et des ateliers d’artisanat forment un ensemble très vivant. On y trouve aussi le carillon, composé de 30 cloches qui sonnent les heures. Dans un angle, une colonne tournante est ornée de 10 tableaux gravés sur bois qui représentent les grandes étapes dans la navigation et l’aéronautique.

Nous quittons le groupe et repassons par la place du marché. Nous photographions avec nostalgie la statue de bronze des Musiciens de la ville de Brême : l’âne, le chien, le chat et le coq, illustrant le conte des frères Grimm. Nous rentrons à l’hôtel Ibis Centrum, trempés mais heureux.

19h fête d’anniversaire :

Rendez-vous à la Konsul-Hackfeld-Haus, Birkenstr.34 où sont conviés tous les amis du Volksbund. Dans une ambiance bon enfant, les souvenirs marquants de ces 50 ans passés entre Compiègne et Bremen sont évoqués. Des cadeaux sont échangés. Des albums-photo sont compulsés avec émotion. Un repas a été préparé et les occupants des tables mixtes communiquent de leur mieux. Nous, les Français, nous nous sentons particulièrement bien accueillis. Les regards amicaux, les sourires nous invitent à échanger. Une belle soirée !


3ème jour Samedi 10 septembre – BREMERHAVEN

Et bien nous, nous étions hébergés chez Anke. Donc réveil tôt pour profiter d'un petit déjeuner bien garni en son agréable compagnie. Ensuite, Isa est venue nous chercher à 8H00 pour nous conduire à l'hôtel IBIS pour le départ prévu à 8H30;

Finalement départ 8H35 par un temps un peu couvert.

1er arrêt chez ALDI/AKTIV pour faire le plein de bières (24 Warsteiner) pour Daniel et de saucisses. Au fait, quand faisons-nous le barbecue ?

Durant le trajet, Rolf nous donne des informations sur le port de Bremerhaven, ses anciennes activités (pêche importante et constructions navales) qui ont périclité.

Arrivée à 10H00 au musée DEUTSCHES AUSWANDERER HAUS pour une visite guidée.

Entre 1830 et 1974 7,2 Millions de personnes ont émigré par Bremerhafen et la plupart sont arrivées à Ellis Island à New-York.

Ce musée permet de revivre les conditions et les ressentis des émigrants de 3eme classe dans 3 bateaux de 3 périodes différentes :

  • le bateau à voile

  • le bateau à vapeur Lahn (toilettes à bord)

  • le paquebot Colombus (avec salle à manger).

Chacun d'entre-nous avait un boarding pass d'un émigré et pouvait suivre tout au long de la visite son origine, son voyage et sa vie sur son lieu d'émigration,...

Vers 13H00 déjeuner dans une belle salle privée du Musée. Le conseiller municipal en charge de la culture nous y a accueillis et pendant le repas nous a présenté sa ville et commenté les nouvelles orientations. Il nous a incités à revenir voir les nombreux musées :

  • le musée de la marine,

  • la Klimahaus

  • le zoo à la mer

entre autres.

A 15H00 sortie en bateau dans la zone portuaire. Temps idéal, alternance de soleil et de nuages et température très agréable.

Avant de monter sur le bateau, Rolf nous distribue à chacun une spécialité brémoise, le Bremer Babbeler, une sorte de sucre d'orge parfumé à la menthe poivrée. Et si « babbeln » en dialecte veut dire babiller pour un bébé ou jacasser, et bien moi je peux vous dire que je n'ai pas pu dire un mot pendant tout le temps passé sur le bateau tant j'étais occupée à sucer ce Babbeler. Un bon moyen d'avoir la paix pendant plus d'une heure !

A certains moments, quand on passait près des énormes bateaux transporteurs de voitures, on se sentait minuscule. 1,3 Millions de voitures transitent chaque année par ce port.

A 16H10 arrivée en bus à SCHAUFENSTER FISCHEREIHAFEN, ancien port de pêche transformé en zone touristique avec restaurants, fumoirs à poissons, magasins d'articles liés à la mer.

17H30 départ du bus pour retour à Brême. Dans le bus, on chante Frère Jacques en français et en allemand sour la direction de Michel, notre nouveau chef de choeur.

Retour à Brême vers 18H30 – Soirée libre.

Et bien nous, nous avons dîné en terrasse dans le Schnoor, des spécialités régionales : Labskaus, Knippen, et y avons croisé le veilleur de nuit.

Puis nous sommes vite remontés en bus chez Anke pour profiter de la soirée avec elle.

Dans le bus, nous avons été envahis par les supporters de la Werder qui avait heureusement gagné 2-0 contre Hambourg (le derby régional).

Ouf ! Isa et Rolf seront de bonne humeur demain.

Des petites douceurs préparées par Anke nous attendaient et nous avons terminé très agréablement la soirée sur la terrasse.

4ème jour Dimanche 11 septembre

Après une grasse matinée bien méritée et un petit déjeuner le plus équilibré possible, nous montons, à 10h00, dans le bus de notre sympathique chauffeur, Daniel, afin de faire le Grand Tour de Ville.
Nous récupérons, au passage, Claude et Nancy, Marie-Agnès, Annick et Renée qui nous attendent sous un abri-bus et nous voilà partis pour deux heures de découverte. Rolf et Isa nous servent de guides et Hildburg assure, avec brio, la traduction.
La périphérie de Brême, l'ancienne maison de la radio, le golf, le parc des Rhododendrons, l'université, la forêt, la transformation du port, l'aménagement de la zone portuaire... rien n'a de secrets pour eux. Nous apprécions la deuxième vie de ce secteur, mélange subtil et intelligent de zones d'activités, d'habitations, d'urbanisation et d'espaces verts.
Nous faisons un petit détour pour découvrir l'impressionnant bunker "Valentin" avant de faire une halte au bord de la Weser, sous un soleil - presque de plomb - pour admirer le navire-école Deutschland.
A midi, nous déposons à la gare, Fraüke, l'amie d'Hildburg, avant de nous diriger vers l'exposition HanseLife Bremen Arena.
L'après-midi car nous avons retrouvé un vieil ami allemand avec lequel nous avons passé l'après-midi.
 
A 19h00, nous avons rendez-vous devant la statue de Roland. Nous passons notre dernière soirée avec nos hôtes dans un restaurant typiquement allemand : bière, cuisine, décor, ambiance ...Tout est réuni pour terminer ce chaleureux séjour dans la joie et la bonne humeur et l'envie de se revoir.
5ème et dernier jour.Lundi 12 départ de l'hôtel et retour vers Compiègne.
Initialement prévu à 7h , le départ est repoussé à 8h , très bonne idée : une heure de plus à dormir , plus de temps pour boucler les valises et descendre au "petit dèj" où l'on retrouve les amis du groupe pour discuter encore et encore et évoquer les bons souvenirs de ces 4 jours , 3 à BREMEN et un dans le car à l'aller qui a compté également car on ne s'était pas ennuyé dans cet espèce de salon roulant qui a permis à certains de faire connaissance et à chacun, tour à tour, de parler, de rire et même de dormir mais aussi d'apprendre à chanter " BruderJacob " pour nous produire à la grande soirée d'anniversaire. Remercions les nombreux discours qui nous ont évité cette " prestation ".
A huit heures moins dix, tout le monde est prêt. Daniel, notre chauffeur devenu au fil des jour notre ami, a chargé nos bagages mais dernière formalité avant de monter dans le car, il faut sacrifier à la traditionnelle photo de famille. Ce que nous faisons bien volontiers tous revêtus du superbe T-shirt du Volskbung libellé dans toutes les langues ARBEIT FUR DEN FRIEDEN. Nos amis Rolph, Isa , Ernst et Margret  nous "mitraillent" avec leurs appareils photos et les flashs crépitent. Au-delà de la plaisanterie, ce moment à quelquechose de poignant car on sent très bien de leur part la volonté de garder une image qui symbolise les 50 ans d'amitié Compiègne-Brême, amitié à laquelle ils nous ont montré leur attachement tout au long de ce trop court séjour. Viennent ensuite les au-revoir et les embrassades et le car démarre vers 8h15.
Il faut encore faire le plein de carburant, ce qui fut fait rapidement et finalement le départ effectif a lieu à 8h45. Le dernier volet du voyage s'ouvre, entrée sur "l'Autobahn", cap sur MUNSTER , Daniel a choisi à peu près le même itinéraire qu'à l'aller, ce qui permet d'éviter les secteurs très encombrés de la Ruhrgebiet ainsi que l'axe Dortmund-Köln. Grâce à ce choix judicieux, nous roulons tranquillement d'abord en direction de Venlo et ensuite plein sud le long de la frontiere de NIEDERLAND pour rattraper AACHEN et ainsi quitter l'Allemagne pour la Belgique et la France.
Il nous aura fallu une dizaine d'heures - arrêts compris - pour rallier Compiégne. On quitté Brême sous le soleil et retrouvé la Picardie sous la pluie. Ce retour a été l'occasion de conversations intéressantes entre les uns et les autres, entrecoupées de quelques périodes de silence d'une majorité endormie. A noter, l'arrêt de 12h00 à 13h00 au GeismühleWest, adresse à retenir d'un restaurant d'autoroute allemand qui sort de l'ordinaire par le choix et la qualité des produits proposés ainsi que la première aire de repos française qui, elle, se distingue par son nom. Elle s'appelle "la Sentinelle", à croire que la France surveille encore ses frontières.

Date de dernière mise à jour : 22/10/2011